Les int

Les intérêts santé démontrés des probiotiques

Les probiotiques les plus étudiés sont des souches2 de Lactobacilles, de Bifidobactéries et la levure Saccharomyces boulardii3. Les propriétés de chacune ne peuvent être extrapolées aux autres.

Des bénéfices directs, au niveau intestinal1, 4-8

Amélioration de la digestion et de l'assimilation
Comme les bactéries de la flore intestinale, (aujourd’hui appelée "microbiote") de nombreuses souches probiotiques sécrètent des enzymes qui facilitent la digestion et l'assimilation de certains nutriments.
Typiquement, Lactobacillus bulgaricus et Streptococcus thermophilus , présentes dans le yaourt, participent à la digestion du lactose (sucre du lait) permettant aux personnes intolérantes au lait de consommer les produits laitiers dans lesquels elles se trouvent.

Accélération du transit intestinal9
La consommation de certains probiotiques, tels Bifidobacterium animalis DN-173 010, Lactobacillus delbrueckii bulgaricus, Streptococcus salivarius thermophilus..., accélère le transit intestinal. Cet effet est jugé dose-dépendant et peut se prolonger quelques semaines après l’arrêt des probiotiques.
Plusieurs études, au sein de différentes populations10, ont montré de bons résultats chez les patients souffrant de constipation mais elles demandent à être confirmées.

Diminution de la fréquence et de la durée des diarrhées
Les probiotiques s'opposent à la fixation et à la prolifération de bactéries pathogènes qui pourraient produire des toxines. Ils limitent aussi leur passage dans la circulation sanguine et, par voie de conséquence, les pathologies associées.
Plusieurs souches de Lactobacilles (notamment Lactobacillus rhamnosus GG11) et de Bifidobactéries, ainsi que la levure Saccharomyces boulardii, accélèrent la guérison des diarrhées, chez l'enfant et l'adulte, quelle que soit leur origine.
Elles sont également efficaces en prévention des diarrhées liées aux antibiotiques. Les données concernant la prévention des diarrhées infectieuses sont plus limitées, en particulier chez l'adulte.

Amélioration des colopathies
Certaines souches, comme Bifidobacterium infantis 35624, permettent d'améliorer significativement les symptômes de la colopathie fonctionnelle (intestin irritable)12. Fréquente dans la population adulte, cette pathologie se manifeste par des douleurs, des ballonnements et des troubles du transit sans lésions intestinales.
Les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin, principalement représentées par la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique, sont plus rares mais aussi plus sévères. Plusieurs souches ont montré des résultats prometteurs pour espacer les crises dans la rectocolite hémoragique et prévenir l'apparition et la rechute des pochites13.
Chez les prématurés, une supplémentation en probiotiques réduit le risque d’entérocolite nécrosante, une maladie mortelle dans 15 à 30 % des cas.

Diminution du risque de cancer ?
Déjà utilisés pour lutter contre la bactérie Hélicobacter pylori, associée à l’ulcère et au cancer de l'estomac, certains probiotiques pourraient protéger du cancer du côlon en s'opposant à la fixation de micro-organismes cancérogènes et en diminuant la présence de toxiques et les processus inflammatoires.
L'hypothèse est intéressante mais non encore validée chez l'homme14.

Des effets indirects via le système immunitaire1, 4-8

Les probiotiques peuvent, comme les bactéries endogènes composant la flore intestinale, interférer avec le système immunitaire.
De nombreuses études, in vitro ou chez l'animal, montrent que certaines souches induisent des modifications allant dans where to buy volume pills le sens d'un renforcement de l'immunité. Les études cliniques sont plus rares.
Plusieurs souches diminuent la durée et la sévérité des infections respiratoires et des états pseudo-grippaux, en particulier chez l'enfant et la personne âgée. La diminution d'incidence de ces infections demande en revanche à être confirmée.
Certains probiotiques pourraient également prévenir la prolifération d’agents pathogènes (bactéries, champignons) au niveau vaginal. La prévention et le traitement des infections urogénitales (vaginites, cystites, mycoses...) s'en trouvent améliorés.
Des études ont également montré que supplémenter les femmes enceintes ou les nourrissons en probiotiques pouvait limiter le développement et les symptômes d'allergies et de dermatose atopique chez l'enfant. Ces bénéfices potentiels doivent cependant être davantage étudiés dans les années qui viennent pour pouvoir préconiser leur utilisation.

Sources :
1. "Health and Nutritional Properties of Probiotics in Food including Powder Milk with Live Lactic Acid Bacteria", Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO) - Organisation mondiale de la santé (WHO),Octobre 2001, rapport téléchargeable en ligne
2. Plus précisément des souches bactériennes appartenant aux genres Lactobacillus et Bifidobacterium. Les souches sont classées et nommées par leur nom de genre (parfois résumé à sa première lettre) et d'espèce suivis d'une combinaison de lettres et/ou de chiffres. Par exemple Lactobacillus casei DN 114 001 ou L rhamnosus GG.
3. Saccharomyces cerevisiae boulardii est plus connue sous les noms de levure de boulanger ou levure de bière active.
4. "Effets des probiotiques et prébiotiques sur la flore et l'immunité de l'homme adulte", Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa)., février 2005, rapport téléchargeable en ligne
5. "Recommandation pratique – Probiotiques et prébiotiques", Organisation mondiale de Gastroentérologie (WGO), mai 2008, téléchargeables en ligne
6. "Current level of consensus on probiotic science - report of an expert meeting", Rowland I et coll, Gut Microbes. 2010 Nov-Dec;1(6):436-9., étude accessible en ligne
7. "Gut microbiota in health and disease", Sekirov I et coll., Physiol Rev. 2010 Jul;90(3):859-904, accessible en ligne
8. "Probiotics, prebiotics, and synbiotics", De Vrese M, Schrezenmeir J., Adv Biochem Eng Biotechnol. 2008;111:1-66, résumé accessible en ligne
9. "Systematic review of randomised controlled trials: probiotics for functional constipation", Chmielewska A, Szajewska H., World J Gastroenterol. 2010 Jan 7;16(1):69-75, étude accessible en ligne
10. "Probiotics improve bowel movements in hospitalized elderly patients-the PROAGE study", Zaharoni H et coll., J Nutr Health Aging. 2011 Mar;15(3):215-20, résumé accessible en ligne
11. "Probiotics for treatment of acute diarrhoea in children: randomised clinical trial of five different preparations", Canani RB et coll., BMJ. 2007 Aug 18;335(7615):340, article accessible en ligne
12. "Randomised clinical trial: Bifidobacterium bifidum MIMBb75 significantly alleviates irritable bowel syndrome and improves quality of life--a double-blind, placebo-controlled study", Guglielmetti S et coll., Aliment Pharmacol Ther. 2011 May;33(10):1123-32, résumé accessible en ligne
13. Inflammation de l'ileon pouvant survenir après une résection intestinale pour rectocolite hémorragique.
14. "Contribution of gut microbiota to colonic and extracolonic cancer development", Compare D, Nardone G., Dig Dis. 2011;29(6):554-61, résumé accessible en ligne