Accueil >La recherche >Les espoirs de la recherche >Probiotiques et microbiote : demain, quelles avanc

Probiotiques et microbiote : demain, quelles avanc

Probiotiques et microbiote : demain, quelles avancées de la recherche ?

Les Probiotiques.info : Quelles sont les prochaines étapes de la recherche sur le microbiote ?

Gérard Corthier : En recherche, dans un premier temps il faudra mieux caractériser le microbiote, en fonction de tel ou tel cas. Des publications sont en préparation, des brevets sont en train d’être déposés sur des bactéries qui sont des marqueurs prédictifs ou explicatifs de certaines maladies.  En effet, selon les résultats sur le point d’être publiés provenant des recherches sur le métagénome (étude de l’ensemble des génomes des bactéries), il y a des espoirs assez grands pour attribuer au microbiote une fonction de marqueur prédictif ou explicatif sur  l’immunité, des maladies inflammatoires de l’intestin ou de l’obésité. Certains obèses ne peuvent pas maigrir parce qu’ils n’ont pas le bon microbiote.

Probiotiques.info : Et sur les probiotiques ?

Gérard Corthier : Il faut chercher de nouveaux moyens pour modifier le microbiote, sans faire de catastrophe non plus. Il est prudent de ne pas jouer aux apprentis sorciers. L’avenir est probablement à des probiotiques qui, avec une population très limitée de bactéries qui ne s’implantent pas mais qui vont juste transiter pendant une courte durée, vont avoir un effet positif puis vont disparaître. L’autre possibilité, ce sont les prébiotiques, qui vont modifier l’effet du microbiote, là aussi momentanément, pendant la durée de la prise, et qui pourront ensuite être arrêtés si l’effet n’est pas satisfaisant (ou indésirable).

Les Probiotiques.info : Comment imaginez-vous l’utilisation de cette science du microbiote à l’avenir ?

Gérard Corthier : Le séquençage du génome humain a permis de classer les individus par rapport au cancer, avec des traitements appropriés en fonction de leur génotype. Au-delà du cancer, je pense qu’on pourra faire la carte du microbiote, avec les fonctions qui nous habitent et donc dire de quelle manière il faut rééquilibrer en fonction des individus : soit en donnant tel ou tel probiotique, soit en changeant le régime, soit en faisant avaler, sous forme de capsule, la petite bactérie merveilleuse qui rétablira l’équilibre du microbiote.

Les Probiotiques.info : Comment imaginez-vous le Levitra Online futur de la recherche sur le microbiote ?

Philippe Langella : Là nous en sommes au tout début de la découverte de ces interactions entre cette énorme population de bactéries intestinales. Grâce à des rongeurs à flore intestinale contrôlée on peut complexifier de façon progressive les interactions : on colonise la souris axénique (sans flore intestinale) avec une bactérie, puis une bactérie avec une autre, en observant comment elles interagissent. Puis on en met une dizaine, puis une trentaine, ce qui permet de mieux comprendre ce qu’il se passe. Ensuite on peut remettre un véritable système complexe et suivre les bactéries que l’on a étudié, afin d’observer comment elles interagissent dans une flore intestinale complète.

Les Probiotiques.info : Va-t-on vers l’établissement pour chaque individu d’un profil génomique intestinal ?

Philippe Langella :  Dusko Ehrlich (directeur de recherche à l’Unité de recherche de génétique microbienne, Inra), lorsqu’il a monté le programme MétaHit (programme européen d’analyse globale du génome du microbiote, ou métagénomique), avait coutume de dire que, d’ici 5 à 10 ans, la composition de notre microbiote intestinal sera sur notre dossier de santé au même titre que notre groupe sanguin.

Les Probiotiques.info : A quoi cela va-t-il servir ?

Philippe Langella : Cela n’apporte pas grand-chose, mais on va de plus en plus faire le lien entre la composition du microbiote intestinal et la santé : au sein de MetaHit notamment, les chercheurs ont déjà identifié des bactéries qui sont des biomarqueurs de l’obésité ou de maladies inflammatoires chroniques intestinales. Nous ne sommes qu’au début de cette analyse du microbiote intestinal, mais dans un délai de 5 à 10 ans nous aurons réellement des biomarqueurs, et la composition du microbiote intestinal pourra conduire à une médecine plus personnalisée.

Les Probiotiques.info : Quel est selon vous l’avenir des traitements par probiotiques ?

Philippe Langella : Les traitements par les probiotiques ont, à mon avis, un avenir très prometteur, que ce soit pour des personnes en bonne santé ou pour des personnes malades, pour, éventuellement, prévenir des maladies ou les guérir.